Dossier

ZEPPELIN’S WAR

Date de dernière mise à jour : 24/06/2014

WUNDERWAFFEN PRÉSENTE ZEPPELIN'S WAR : UNE UCHRONIE DE LA GRANDE GUERRE 


Ce nouveau diptyque met à l’honneur un engin aéronautique encore peu abordé en BD : le dirigeable, ou Zeppelin (du nom de son inventeur), qui a servi lors de la Première Guerre mondiale. Au sens strict, zeppelin ne désigne initialement que les dirigeables rigides allemands ; le dirigeable rigide français étant le Spiess, du nom de son créateur. 




De la même manière que WUNDERWAFFEN, qui se place au cœur des stratégies germaniques, ZEPPELIN’S WAR développe une intrigue, dans le camp allemand, autour de deux personnages encore inconnus à l’époque : Adolf Hitler et Hermann Goering. 

Jeune pilote de l’armée allemande, Adolf Hitler a alors 27 ans et commande un zeppelin, pour une mission secrète qui doit le conduire en Russie afin de récupérer un espion nommé Raspoutine. Il est accompagné d’un jeune capitaine de l’aviation qui a reçu le commandement de l’escadrille rattachée à son zeppelin, Hermann Goering. 


Bien qu’il s’agisse ici d’un récit uchronique, Richard. D. Nolane n’hésite pas à y intégrer des faits et des personnages historiques réels. 


L’Allemagne possédait bien une flotte d’une dizaine de zeppelins, utilisés pour des missions de reconnaissance et de bombardements. Ces engins avaient l’avantage d’être plus résistants que des avions mais bien moins rapides et possédaient une puissance de tir indéniable. Paris a bien été l’une de leur cible en mars 1915.


Le soldat Adolf Hitler a bien participé à la Première Guerre mondiale d’octobre 1914 à octobre 1918, non pas comme pilote mais comme estafette – il transmettait les informations entre les officiers et les soldats. Gazé, il sera aveugle un temps et terminera la guerre dans son lit d’hôpital.


Hermman Goering a été capitaine dans l’armée de l’air allemande lors de la Première Guerre mondiale. Il sera notamment décoré de la Croix de Fer pour ses différentes missions de reconnaissance sur le sol français et ses célèbres attaques aériennes contre l’ennemi. 


Grigori Raspoutine était un personnage ambigu et mystérieux de l’Histoire, décrié notamment à la cour du Tsar Nicolas II pour l’influence qu’il exerçait sur la famille impériale et pour son côté mystique. Il avait ses partisans mais également ses détracteurs. Il fut assassiné en 1916, soupçonné de collaborer avec l’ennemi allemand. Dans ce récit, il est un espion à la solde du gouvernement allemand. 


Nous retrouvons également un personnage emblématique de l’histoire de l’aéronautique française : Georges Guynemer, capitaine dans l’aviation française qui remporta 53 victoires aux commandes de son « Vieux Charles ». 



ZEPPELIN’S WAR part ainsi de faits réels qu’il prolonge et détourne pour les besoins de la narration, à partir d’une question prépondérante : que se serait-il passé si les allemands avaient gagné la guerre ? 


 


Sur le scénario toujours aussi inspiré du passionné d’histoire et d’aéronautique Richard. D. Nolane, Vicenç Villagrasa Jovensà réalise un travail fidèle, minutieux et documenté qui ravira les spécialistes de l’aéronautique. Les reproductions détaillées des zeppelins, des escadrilles de biplans ou de triplans Fokker et les scènes époustouflantes de combats aériens, tirs, chutes et explosions d’avion, les épateront !  


 


RETOUR SUR LA SÉRIE MÈRE : WUNDERWAFFEN 



WUNDERWAFFEN débute son récit en août 1946. Si les bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki ont bien été lancées, la guerre n'en est pas pour autant finie. Elle continue  à faire feu sur l’Europe, notamment après l’échec du débarquement allié le 6 juin 1944.

Les Allemands sont d’autant plus sûrs de leur force, qu’ils ont mis au point des armes miracles, les « Wunderwaffen », qui leur permettent de dominer le ciel européen.


De leur côté, les forces alliées se regroupent pour savoir comment faire face à ces armes de représailles. Espions et rapports de surveillance se succèdent pour en savoir davantage sur les systèmes de défenses et d’attaques allemands. 

Charles de Gaulle, Winston Churchill, Harry S. Truman se liguent dans cette guerre de renseignements. Car il semble qu’à Auschwitz – camp connu aujourd’huipour être un camp d’extermination – se déroule des faits étranges. Les déportés continuent d’y être acheminés mais, en revanche, les fours crématoires ont cessé leurs activités. 

Que font donc ces déportés transformés désormais en main-d’œuvre ? Dans quel but garde-t-on en vie cette population appelée à disparaître ? 

Auschwitz devient alors, aux yeux des alliés, un centre de recherche et de développement de ces fameuses Wunderwaffen… 


Cette uchronie se base sur de véritables prototypes d’avions du IIIe Reich qui n’ont jamais dépassé le niveau de projets ou de maquettes. Ces prouesses technologiques ont suscité beaucoup d’envie chez les autres nations. Certaines ont même organisé, après la chute de l’Allemagne, des missions pour récupérer les plans et les informations sur ces armes.



Fiche technique 

Scénario : Richard D. Nolane 

Dessin : Vicenç Villagrasa Jovensà

Format : cartonné, 234 x 323 mm, 56 pages

Nuart : 14-8889-5

ISBN : 978-2-302-03833-2

Prix : 14,50