Soleilprod > Dossiers > LADY LIBERTY, AGENT SECRET DE CHARME ET DE CHOC

Dossier

LADY LIBERTY, AGENT SECRET DE CHARME ET DE CHOC

Date de dernière mise à jour : 16/04/2014


Scénario : Jean-Luc Sala
Dessin : Aurore


1775 – Boston, Londres, Versailles.


Un vent de révolution commence à souffler sur le monde.
Les vieilles monarchies sont devenues des poudrières et il ne leur manque qu’une étincelle pour exploser. Et Lya de Beaumont est cette étincelle !
Sa vie comme sa mission étaient des secrets d’État…
Désormais, elle est une menace pour Louis XVI qui réclame sa tête.
Le Roi envoie à ses trousses l’intriguant Beaumarchais qui connaît un secret qu’elle ignore. Un secret qui pourrait détruire tout ce qu’elle est.



Lady Liberty s’adresse à tous les passionnés d’Histoire, de cape et d’épée, et d’intrigues à la cour royale. Mêlant habilement les codes du roman historique, Lady Liberty apporte une fraîcheur supplémentaire au récit d’aventure grâce à son personnage principal…
Chaque épée, chaque mousquet et chaque réplique peuvent être mortels et faire mouche ! Des scènes d’action pimentées par le langage grivois et exquis du siècle de Sade et Beaumarchais. Lady Liberty est à la fois une délicate et tonitruante fresque historique qui célèbre la Révolution.
Une épopée d’espionnage dévoilant la face cachée des événements qui firent chanceler les couronnes et changèrent le monde.


DES ESPIONNES RÉVOLUTIONNAIRES !

Lya de Beaumont alias Lady Liberty




Lady Liberty est élevée dans les secrets et stratèges de la cour. Ce qui fait de cette jeune femme un espion bien aguerri ! Elle partage les idéaux qui se développent au XVIIIe siècle – notamment sur la question du droit des peuples, des hommes et des femmes à disposer d’eux-mêmes.
Fine lame, tacticienne et éprise de justice, notre héroïne progresse dans le récit avec une assurance déstabilisante et fascinante ! Une espionne qui n’a rien à envier aux jolies dames de la cour !

Plusieurs personnages historiques ont inspirés le personnage de Lady Liberty ou Lya de Beaumont. Parmiles agents les plus connus, Molly Pitcher ou Deborah Sampson ont activement pris part à la Révolution américaine. Mais il y a en une dont l’identité reste une énigme et dont les traces écrites n’ont conservé que les noms de code : « Lady », « Lady 355 » ou « Agent 355 », et qui est le personnage historique qui colle le plus à
notre héroïne.

Si Lya de Beaumont (et son adversaire, le marquis d’Eckford), sont des personnages fictifs, le reste des faits dans ce premier volume de Lady Liberty est inspiré d’événements et de personnages historiques réels.


Le Chevalier d’Éon


Le chevalier d’Éon est un personnage énigmatique de l’histoire de la guerre de Sept ans. Capitaine des dragons, et l’une des meilleures lames du pays, il fit partie du service secret de Louis XV. Nombre de rumeurs furent lancés à son sujet : s’agissait-il d’un homme ou d’une femme ? En effet, le chevalier d’Éon avait un gout prononcé pour le déguisement (plusieurs fois appelé en Russie auprès de la Tsarine, il s’y fit passer pour une femme durant plusieurs années).

Sa silhouette est au fondement même de cette ambiguïté, qui persistera jusqu’à sa mort. C’est en tant que femme également qu’à la fin de la guerre, il espionne en Angleterre pour le compte de Louis XV. Le chevalier n’aura de cesse de jouer sur son androgynie – avant que l’on confirme à sa mort qu’il s’agissait bien d’un homme.
Dans Lady Liberty, ce personnage est la mère de Lya de Beaumont. Au fil de la série, une nouvelle piste de réflexion sera abordée autour de l’énigme d’Éon.

LADY LIBERTY OU LA NAISSANCE D'UNE NOUVELLE SÉRIE D'AVENTURE 
L’idée de créer un personnage féminin – qui serait un élément clé de la Révolution américaine – s’est profilée peu à peu dans l’esprit de Jean-Luc Sala.
Féru de romans historiques, il se tourne progressivement vers les récits d’espionnage du XVIIIe siècle. Il voit alors le moyen de faire cohabiter ses désirs d’aventure avec ce qu’il aime faire : jouer avec la langue française !



Les bons mots caractérisent, en effet, le travail de Jean-Luc Sala, tout comme la comédie et les scènes d’action. Le défi fut donc de faire cohabiter ses envies avec le style linguistique et l’esprit libertaire de ce siècle. Jean-Luc retrouve alors ses premiers réflexes d’étudiant en littérature ; il relit ses classiques, prend des notes sur les mots et les tournures de phrases de l’époque et crée un lexique propre à cet univers – transformant les mots en une lame bien aiguisée. Le duel qui ouvre le récit, entre Lya de Beaumont et Beaumarchais, est un bel exemple de ce travail d’écriture !

Pour l’univers graphique, Jean-Luc a fourni une large documentation à Aurore. La dessinatrice pousse encore plus loin ses recherches : les lieux, l’architecture, les meubles, les armes ou encore les costumes du XVIIIe siècle n’ont alors plus de secret pour elle. Un travail minutieux valorisé par une mise en couleurs extrêmement travaillée.





EN LIBRAIRIE LE 16 AVRIL
TOME 1 LE SECRET DU ROI
Format : 234 x 323 mm
56 pages couleurs
46 planches
+ 8 pages de cahier historique
ISBN : 978-2-302-03764-9
Prix : 14,50 euros